Aspects techniques

Retrouvez les informations essentielles pour compléter votre Fiche H

Aspects techniques

Pourquoi protéger le béton ?

  • Initialement considéré comme insensible aux agressions extérieures, le béton est sujet à la carbonatation et à la pénétration des chlorures.
  • Ces derniers entrainent la corrosion des armatures métalliques du béton qui représente l’une des premières causes de dégradation des structures en béton.
  • Des solutions de protection des ouvrages en béton neufs ou anciens par système de peinture existent et elles peuvent également bénéficier de l’homologation de garantie par l’OHGPI.

Domaines d'application béton

  • A la différence de la Fiche H pour les travaux de peinture sur des structures en métal, l’homologation de garantie pour les travaux sur béton ne tient pas compte de la méthode de la préparation de surface.
  • Un état de surface conforme est un pré-requis impératif et les défauts structurels et/ou chimiques ne sont pas acceptables et doivent être préalablement corrigés.

Liste des critères de réception de l’état de surface du béton :

  • Le donneur d’ordre a la responsabilité de définir la classe d’exposition de l’ouvrage et la description des agressions particulières.
  • La norme NF EN 206-1/CN définit les classes d’exposition de référence.

  • L’épreuve de convenance
    • obligatoire pour les surfaces supérieures à 1000m²,
    • sur demande pour les surfaces inférieures.
  • La réalisation d’une surface de référence
    • permet de vérifier que les dispositions prévues conduisent à des résultats conformes aux attentes du donneur d’ordre,
    • elle est obligatoire en cas de demande de garantie couleur.

  • Une préparation de surface peut être réalisée selon le cas échéant, voici quelques exemples des méthodes utilisées couramment :
    • Lavage HP,
    • Décapage UHP,
    • Balayage par projection d’abrasif (à faible pression),
    • L’application éventuelle d’un enduit de débullage ou de surfaçage est sujet au préalable à une vérification de compatibilité avec le système de peinture qui sera ensuite appliqué.

  •  Choix du système de peinture :
    • seuls les systèmes de peinture certifiés ACQPA peuvent être associés à une demande d’homologation de garantie par l’OHGPI dans l’état actuel.
  • Application du système de peinture
    • obligation d’enregistrer les paramètres de température et d’humidité lors de l’application,
    • vérification des conditions de mise en œuvre de la peinture indiquées dans la fiche ACQPA du système de peinture.

  • Cahiers des charges reconnus
  • Certification des opérateurs requise
    • Les opérateurs doivent être certifiés ACQPA, option g

  • Le code des conditions techniques (DGO béton) définit les conditions de garantie homologuée par l’OHGPI.

Comment est définie une zone dite « homogène »?

  • La garantie est donnée par zone homogène qui correspond à tout ou partie d’un ouvrage présentant une unité vis‑à‑vis
    • des conditions d’exposition,
    • d’un enjeu esthétique d’homogénéité.
  • Ces zones homogènes doivent être préalablement définies dans le cahier des charges (ou CCTP).
  • La garantie d’aspect se base sur la norme NF EN 1504-2.
  • L’évaluation des dégradations des revêtements se base sur les critères de la norme NF EN ISO 4628 pour les défauts suivants :
    • cloquage : NF EN ISO 4628-2,
    • craquelage : NF EN ISO 4628-4,
    • écaillage : NF EN ISO 4628-5.
  • Pendant la durée de garantie, une tolérance de 3% maximale d’altération de la superficie totale de la zone homogène est acceptée.
  • Une durée de garantie est de 10 ans avec une dégradation du revêtement maximale de degré 3(S3) pour les classes d’exposition et les épaisseurs des systèmes de peintures suivants :

  • La garantie couleur concerne la non-altération de la couleur évaluée selon la norme NF T34-554 parties 1 et 2.
  • La durée est définie en fonction de la classe d’exposition.

Quand démarre la période de garantie ?

  • Le point de départ de la période couverte par la garantie est la date de réception de l’ouvrage. Cependant en cas de délai important entre la date d’application de la couche de finition de certaines parties de l’ouvrage et la date de la réception, la durée de garantie est alors réduite en fonction de cet intervalle.